December 20, 2010

"sofia coppola, soit t'adore, soit si tu t'endors !" (Sofia Coppola, either you LOVE, or you fall asleep !)

Sofia Coppola, reine du psychédelique, des histoires toutes douces qui font rêver les jeunes filles (en fleurs) m'a encore fait rêver le 11 novembre 2010.
Avant première à Sarlat, festival de cinoche pour lycéens, au premier rang, pendant une heure et demi, j'hallucine complétement.


Pour vous résumer Sofia Coppola, c'est Virgin Suicides, Lost in Translation, Marie-Antoinette, et à présent Somewhere, des castings remplis de vedettes comme Kirsten Dunst ou Scarlett Johannson, Marianne Faithfull, Asia Argento, accompagnées d'actrices toutes aussi compétentes mais beaucoup moins connus, c'est des films calmes, des plans longués, des B.O à base de Air ou Phoenix, bref du très bon niveau.

Sofia Coppola, c'est quelqu'un qui est capable de vous faire un film, en l'occurence Somewhere, en posant sa caméra dans le désert américain, et en faisant un plan fixe de trois bonnes minutes sur une voiture de course si l'on peut dire qui tourne et retourne et re retourne sur le circuit. Tout cela pour vous montrer l'ennui, la décadence, la déchéance de personnages anormaux mais qui nous ressemblent tellement. Voilà, Sofia Coppola c'est la réalisatrice de l'ennui.


Et pour ça, elle met le paquet :
on ne comptera meme plus les plans délibérement vides d'actions dans
Virgin Suicides (une famille sur son canapé, les trois filles, et les deux parents, absorbées par un reportage sur des gorilles à la télévision),
Lost in Translation (Scarlett Johannson qui se lève, se rassoit, se relève, se re rassoit, va voir à la fenetre, se rassoit...),
Marie Antoinette (longs plans d'une minute sur un Versailles matinal, c'est merveilleux à observer, mais qu'est-ce que c'est lent),
et maintenant Somewhere.

Je vous laisse à même de juger, mais cette phrase en dit long : je vous laisse un jugement libre, mais je vous conjure de voir ce film pour vous en faire un, propre à vous. J'espère que la petite Cléo, alias Elle Fanning (sa grande soeur est déjà bien implantée dans le business du cinéma, mais si vous savez, la petite blonde qu'on voit dans La guerre des mondes, ou dans Charlotte's web, c'est elle, c'est Dakota F., la grande soeur) prononcant "Hey Dad" dans la bande annonce vous donne déjà envie de courir au ciné le plus proche.

SORTIE FRANCAISE LE 5 JANVIER.















Sofia Coppola, queen of psychedelic, stories that make sweet young girls ("jeune fille en fleurs", or rosebud) dream, has again make me dream on the 11th of November.
Preview at Sarlat (France), festival of cinema for high school students, in the front row for an hour and a half I'm completely hallucinating. To sum up, Sofia Coppola's Virgin Suicides, Lost in Translation, Marie Antoinette, and now Somewhere, castings full of stars like Kirsten Dunst or Scarlett Johansson, Marianne Faithfull, Asia Argento, accompanied by actresses equally competent but much lesser known, calm movies, loungers plans, BO-based Phoenix Air or in fact : a very good level. Sofia Coppola is someone who can make a movie, Somewhere in this case, putting her camera in the American desert, and making a static shot of three minutes on a race car if one can say that, turns and turns and re returns on the circuit. All this to show the boredom, decadence, degradation of abnormal characters but who are so similar to us.

Yes, Sofia Coppola is the director of boredom.

And for that, it pushes the envelope: there are even more plans deliberately empty stock in

Virgin Suicides (a family on the sofa, three daughters and both parents, absorbed in a story about gorilla on TV ),

Lost in Translation (Scarlett Johannson who gets up, sits down, gets up, sits down, sees the window, sits down ...),

Marie Antoinette (one minute long shots on Versailles in the morning, that is wonderful to watch, but omg, that is so slow...),

and now Somewhere.

I let you to judge, but this sentence says it all: I'll let you judge free, but I implore you to see this movie for you to do one, your own opinion. I hope the little Cleo, aka Elle Fanning (his sister is already well established in the movie business, yeah, you know, the little blonde we see in Tom Cruise during the war of worlds, or Charlotte's Web, that's Dakota F., the older sister) pronouncing "Hey Dad" in the trailer makes you want already running at the nearest cinema.


Pictures from allocine.com
photos by Luc Royer, and model : Elodie Hope Springs.

Elodie Hope Springs

No comments:

Post a Comment

Thanks for writing comments. We love to read them and they really make us smile :)